Temps de lecture : 2 minutes

Tout le monde serait ravi de pouvoir payer par ses propres moyens la totalité du coût du bien rêvé. Malheureusement, la plupart des acheteurs vont devoir recourir au crédit immobilier. Avant de s’approcher de la banque, il faut un plan de financement afin de prévoir approximativement le budget pour son projet immobilier. Découvrez comment l’établir.

Les paiements en jeu pour un projet immobilier

Il ne s’agit pas seulement d’être en mesure de payer le prix de vente annoncé par le propriétaire. En effet, d’autres dépenses affectent le pouvoir d’achat immobilier. On passe par les frais de dossier, d’hypothèque, le droit d’enregistrement, les honoraires de notaire, la commission de l’agent immobilier, etc. En outre, souvent oubliés, mais important, les assurances invalidité-décès et perte emploi, la charge de copropriété, le déménagement, les travaux et l’installation entrent également dans le cadre du budget.

Déterminer l’apport

Si bien que le zéro apport reste envisageable, on conseille aux titulaires de projet immobilier de disposer d’un apport d’un minimum de 10 %, idéalement de plus de 20 % du prix de bien. La raison est simple : ne pas se noyer dans un remboursement de dette sur plusieurs années avec un énorme taux d’intérêt. Cela dit, il vaut mieux posséder une somme disponible immédiatement. Cela peut concerner l’épargne (assurance vie, retraite), une partie du produit de vente de son ancien immobilier ou pourquoi pas des argents empruntés par les membres de famille.

Évaluer la capacité d’emprunt

En général, la capacité d’emprunt d’un salarié représente 33 % de son revenu mensuel maximum. La plupart des banques vont demander une domiciliation de salaire en guise de vérification et d’assurance. Cependant, en déduisant la somme à rembourser, le ménage a besoin de posséder des restes à vivre. Cela concerne les nourritures, les carburants, les frais de scolarité des enfants, les assurances, les impôts, les factures (électricité, eau, gaz…), etc. Ce qui signifie que, plus le total est élevé, plus la capacité d’endettement est moindre.

Comparer les offres de prêt

Quand on termine le calcul de l’apport personnel et des emprunts, on a un budget approximatif qu’on peut modifier au fur et à mesure. On est susceptible de commencer à chercher l’immobilier. En même temps, on doit se renseigner auprès des banques afin de comparer les offres de prêts. Assurément, si les frais de dossier et le taux d’intérêt sont assez élevés, la finance sera impactée. Alors, l’idéal est de jouer la concurrence, de discuter des conditions avec l’établissement financier pour tirer plus d’avantages. Au passage, on a déjà à choisir entre les taux fixes et variables.