Temps de lecture : 2 minutes

La mosaïque est en général une décoration composée de petites pierres ou de petits cubes de couleur, juxtaposés et tenus entre eux, le plus souvent par un ciment ou un mastic. On peut pour cela retrouver plusieurs types de mosaïque, à savoir :

La mosaïque de tesselle

Ce type de mosaïque associe souvent des galets et des cailloux. Les petits composants qui la forment et que l’on appelle tesselle sont taillés, ajustés puis réunis de manière à former une sorte de puzzle. C’est la différence de taille de ces tesselles qui caractérisent l’œuvre d’art, par exemple pour la mosaïque courante que l’on appelle Opus tessellatum, on a des tesselles de 1 à 2 cm², pour les mosaïques montrant des scènes figurées ou Opus vermiculaœuvre d’arttum, on a des tesselles de quelques millimètres…

La mosaïque de pavement

Ce sont en fait des mosaïques imitant la peinture à tel point qu’il devient très difficile de faire la différence lorsqu’on regarde de loin. Elles peuvent représenter des dessins géométriques qui sont surtout en noir et blanc comme des damiers, des cercles entrelacés, des losanges ou des carrés et rectangles combinés. Ce type de mosaïque est dans la plupart des cas utilisé dans l’architecture à Rome et dans les autres pays situés dans le Nord-Africain par exemple, il est caractérisé par des ornements végétaux.

La mosaïque murale

Cette dernière a commencé à exister sur des fontaines puis sur des voutes aux IIes et aux IIIes siècles. Elle est donc plus récente que la mosaïque de pavement et son parcours est également différent. Ce chef-d’œuvre ne sert plus seulement à décorer, mais prend également une fonction narrative. La plupart de ces œuvres sont créées sur places et leur lumière et leurs jeux de transparence ont un effet magnifique. Toutefois, au fil du temps, elle sera supplantée par la peinture en fresque.