Temps de lecture : 2 minutes

L’évolution du secteur immobilier a donné naissance à plusieurs métiers, dont le statut juridique a été règlementé par la loi Hoguet en 1970. La profession d’agent immobilier ne déroge pas à cette règle de par son importance dans les transactions. Mais, avant de se lancer dans ce métier au statut indépendant, il est important de maîtriser les avantages et inconvénients qu’il présente et connaître surtout la rémunération qu’il rapporte. Cet article vous apporte plus d’éclaircissements.

Les avantages d’être agent immobilier indépendant 

L’avantage le plus important d’un agent indépendant est bien évidemment son indépendance. Celui-ci n’a pas de liens hiérarchiques avec des agences immobilières et peut donc s’organiser à sa guise. L’agent immobilier indépendant a donc une grande autonomie de gestion.

Travaillant à son propre compte, l’agent indépendant décide de sa rémunération. Il gagne plus tant qu’il travaille plus. Un autre avantage de ce métier est le fait qu’il permette à l’agent d’avoir un portefeuille clientèle bien fourni. Il a donc plusieurs mandats à sa portée.

Agent immobilier indépendant : quels inconvénients ?

Deux inconvénients majeurs découlent de ce métier. En premier lieu, l’agent indépendant est confronté à une autonomie de travail relative. Dans la pratique, il signe un contrat d’employé avec une agence immobilière, mais en tant que « négociateur immobilier indépendant ». Il maintient ainsi son indépendance.

En second lieu, ce métier offre des statuts complexes. Entre le statut d’agent commercial, d’auto-entrepreneur ou de portage salarial, l’agent indépendant a du mal à faire un choix pour mieux se lancer.

Agent immobilier à son compte : la rémunération

Un agent immobilier indépendant peut être assimilé à un agent commercial. Il est donc rémunéré sur la base des commissions. Autrement dit, sa rémunération dépend du nombre de contrats qu’il signe à ses clients et ceci pour le compte de l’agence immobilière dans laquelle il travaille sous statut indépendant.